En canot jusqu’au site du mystique pont Ojima

MTQ (1970)

Le pont Ojima se trouve dans la section des ponts disparus depuis déjà quelques années. Construit en 1953 à la demande d’une compagnie forestière de La Sarre, le pont Ojima n’aurait jamais été relié à une véritable route, faisant ainsi en sorte qu’il n’a jamais véritablement servi. Rapidement, des gens du coin ont récupéré le matériel pour l’utiliser à d’autres fins. Vers 1973, il ne restait apparemment presque rien du mystérieux pont couvert. Près de 45 ans plus tard, Simon est retourné sur place en canot afin de voir à quoi ressemblaient les lieux de nos jours… en espérant y trouver des vestiges quelconques. Comme à l’habitude, je le laisse raconter son aventure en citant son texte :

Simon Pratte Août 2018

Sachant que je serais sur le ruisseau Déception en canot, j’ai prévus un petit détour. Nous avons descendu le ruisseau Déception jusqu’au bout puis nous avons remonté la rivière Ojima à la recherche du site où était le pont Ojima. La virée de canot était fantastique. Le site à été très difficile à localiser. Je regardais continuellement l’image aérienne afin de trouver l’endroit où le tracé de l’ancien chemin croise la rivière. Heureusement il y avait assez de détails sur le terrain qui se retrouvaient sur la photo pour me permettre de me situer. C’est ma conjointe qui à remarqué qu’à un endroit précis, il y avait beaucoup de roches alors qu’il y en avait aucune sur cette rivière. On a alors regardé de l’autre coté et il y en avait encore. On l’avait trouvé. De plus, l’angle par rapport à la rivière correspondait avec l’angle que fait le tracé du chemin. Sur place on voit seulement des pierres du coté ouest et des pierres et du bois du coté est. Le bois n’est pas celui des caissons. Il semble se trouver sous les pierres et forme un tapis. J’ai débarqué sur les deux rives. Sur la rive est on devine le tracé de la route et on voit bien un fossé du coté nord. Je me suis ramené une pierre pour y faire faire une peinture. Normalement je ne ramasse pas de morceaux de culée parce que la culée n’est pas le pont mais ça me fait un beau trophée. C’est le genre d’aventure qui rend un voyage spécial. Je joint une capture d’écran Google earth légendée.

 

Localisation Google Simon Pratte

Au site du pont Ojima, il faut faire 2,08 km de canot pour se rendre. Il n’y avait pas d’obstacle. On a pas regardé l’heure et on profitait du voyage mais ça peut prendre 15-20 minutes. Sur la rive du site, j’espérais trouver des pièces métalliques que les gens auraient laissé sur place mais en vain. Le site aurait aussi pu ressembler au site du pont Gareau dans 40 ans mais plus rien ne subsiste. Sur la glace, les gens avaient accès à tout je suppose. J’ai visité un camp de chasse abandonné sur la rive ouest près du site mais il était en pièces sur pièces et en 2X4 et en tôle d’aluminium. Si du lambris est posé sur une bâtisse quelque part, il est possible qu’il soit encore en bon état. Pour le savoir il faudrait parler avec quelqu’un qui aurait participé au démantèlement.

Actualités, Histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *