Les ponts couverts de la Ticouapé

Photo : André Goossens

Jusqu’à la fin du mois de mars, la population est invitée à faire parvenir à la Fondation Pont Couvert Painchaud des récits historiques sur les ponts couverts qui traversaient autrefois la rivière Ticouapé au Lac St-Jean. Il peut s’agir de noms, de dates importantes, de documents photographiques inédits, d’anecdotes, de témoignages oraux, de contrats, etc.

Voici un bel exemple d’un témoignage diffusé par communiqué officiel :

Lydiane Doucet, 84 ans, raconte aujourd’hui avoir passé son enfance au rang nord de St-Méthode.Mon père Denis a construit le pont Doucet qui était un des trois ponts du rang Nord…parmi ses souvenirs de petite fille elle se rappelle que les indiens de Pointe Bleue remontaient la Ticouapé en canot et en redescendaient à chaque année. Pour eux ces indiens étaient tous de méchants Iroquois et à chaque passage ces derniers couchaient dans le pont Doucet…personne ne mettait les pieds dehors de la maison ces soirs-là. Tous avaient peur!… Elle se souvient que le pont Boulanger est parti avec les glaces et sur ce pont un enfant de Philippe Boulanger s’y trouvait. Il y a eu branle-bas de combat pour sauver le fils Boulanger”.

La Fondation Pont Couvert Painchaud a de nombreux projets pour l’année 2012 et bien sûr je vous tiendrai au courant de tous les détails. Aujourd’hui, je vous propose un survol des ponts couverts ayant jadis traversé la rivière Ticouapé.

Vous pouvez aussi relire l’article sur les ponts de la Ticouapé publié par Jean Lefrançois sur son blogue.

Photo : Paul Carpentier. Source : BAnQ, cote : E6, S7, P6942373

Le pont de Ticouapé, situé en plein coeur du village de St-Méthode, a été en place de 1905 jusqu’à 1965. Il mesurait 137 pieds de long.

Collection : Gérald Arbour

On sait bien peu de choses sur le pont Vézina, une structure mi-hauteur qui était située à Normandin.

Photo tiré de l’album du 75e anniversaire de St-Thomas-Didyme (collection : Gérald Arbour)

Le pont Gilbert traversait la rivière Ticouapé à la hauteur de St-Thomas-Didyme. Ce pont de 72 pieds a été en place jusqu’en 1952.

Collection : Gérald Arbour

Le premier pont Doucet a été détruit par les glaces en 1927. La structure de 100 pieds de long avait été construite en 1911.

Photo : Denis Doucet. Collection : Gérald Arbour

Le deuxième pont Doucet a été construit en 1928 et il a été remplacé en 1980. Tout comme son prédécesseur, ce pont mesurait 100 pieds.

Collection : Gérald Arbour

Construit en 1913, le très particulier pont Boulanger a été emporté par les eaux en 1957.

Collection : Gérald Arbour (Archives de l’Alcan)

Voici le pont Painchaud original, emporté par les glaces en 1943. Les arches du pont auraient été réutilisées pour la construction du pont qu’on connait actuellement.


Actualités, Histoire

8 responses to Les ponts couverts de la Ticouapé


  1. Carole Gagnon

    La première photo couleur représente quel pont au juste?

  2. Carole Gagnon

    À la 7e photo, il est inscrit: Construit en 1913, le très particulier pont Doucet a été emporté par les eaux en 1957. Ce qui ne concorde pas avec les informations des photos précédentes concernant le pont Doucet. S’agirait-il du pont Boulanger.

  3. Pour le pont Boulanger parti à la crue du printemps, le jeune homme que l’on croyait parti avec le pont a eu le temps de sauter sur un bloc de glace et de rejoindre la terre glacée. Il a été retrouvé le lendemain. Il était couché dans la maison qui avait été libérée quelque temps auparavant, du côté nord de la rivière Ticouapé. Ce jeune homme se retrouvait dans la maison de son enfance. Je m’en souviens comme si c’était hier. Mon frère avait participé aux recherches etc.

  4. Florent Fortin

    Le texte de Rolande Fortin contient une erreur. Le jeune homme qui était sur le pont et qui a sauté sur les glaces pour se sauver s’appelait Clément Boulanger. Mais le pont sur lequel il était n’était pas le pont Boulanger original mais plutôt le nouveau pont construit par René Fortin et qui a lui aussi été emporté par les glaces le printemps suivant sa construction. Le pont de rené Fortin a été démoli l’été suivant par mon père et moi-même et après qu’il se soit fait intercepter par le pont Painchaud.

    • Pascal

      Merci d’avoir pris le temps d’apporter ces précisons. Il n’y a rien de mieux que ceux qui étaient sur place au moment des faits pour confirmer une histoire. C’est très apprécié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *